Accueil Applications Android En Inde : L’application TikTok a été retiré de Google Play et...

En Inde : L’application TikTok a été retiré de Google Play et App Store

121
0
PARTAGER

TikTok a été retiré oui mais il existe mille et une façons pour l’avoir malgré la décision du gouvernement de ce pays. Et nos lecteurs savent bien comment détourner un tel type de censure maintenant.

La célèbre application de création et d’édition de vidéo clips créé par le groupe chinois ByteDance, TikTok est devenue le quatrième réseau social et l’application la plus téléchargée en 2018 sur App Store et Google Play, derrière WhatsApp, Messenger et Facebook. Rien qu’en inde on compte environs 120 millions d’utilisateurs de cette dernière.

Où est donc le problème ? Cette application Tik Tok est la plus utilisée par les adolescents car elle leur permet de créer et partager des vidéos de 15 secondes avec des karaokés et des chorégraphies improbables, des scènes d’ados qui prennent pour modèle des stars et célébrités, des vidéos sexy et provocantes dont malheureusement l’acteur ou l’actrice est un ou une adolescente sexy et provocante dans ces créations vidéo.

Et c’est là que ce réseau sociale devient une vrai mine d’or pour les prédateurs sexuels et les pédophiles du monde entier ainsi qu’un centre de commentaires à la fois haineux et incitant à la violence et les disputes, pas seulement à la violence mais incitant aussi les jeunes filles à faire plus de vidéos ou à communiquer un moyen de les joindre sur une autre plateforme pour des propositions sexuelles mal-intentionnées ! TikTok est très loin d’être considéré comme un lieu pour exprimer sa créativité.

Voilà donc pourquoi un groupe de militants en Inde a accusé TikTok d’encourager la pédophilie et la pornographie et le ministère des Technologies de l’Information indien n’a pas trop tardé pour sommer ce mardi Google et Apple de retirer de leur boutique en ligne l’application TikTok.

Pour rappel, ici en france et puisque ça concerne tout le monde, la police nationale a twitté il y’a déjà un an que les victimes peuvent porter plainte en cas de “propositions sexuelles mal-intentionnées”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here