Kim Dotcom commence un nouveau combat pour éviter l’extradition aux États-Unis

PARTAGER

Kim Dotcom et ses anciens collègues de Megaupload devraient-ils être envoyés aux États-Unis pour faire face à des accusations de violation du droit d’auteur, de racket et de blanchiment d’argent. Le tribunal de district de Nouvelle-Zélande a statué qu’ils pouvaient le faire et, en décembre 2017, la High Court est parvenue à la même conclusion. Lors d’une audience en cours devant la Cour d’appel, les avocats des défendeurs tenteront de sauver le sauvable.

Il y a plus de six ans en janvier 2012, le site d’hébergement de fichiers Megaupload a été fermé par le gouvernement des États-Unis et le fondateur Kim Dotcom et ses associés ont été arrêtés en Nouvelle-Zélande.

Ce qui a suivi a été une bataille juridique épique pour extrader Dotcom, Mathias Ortmann, Finn Batato et Bram van der Kolk aux États-Unis pour faire face à plusieurs chefs d’accusation, y compris la violation du droit d’auteur, le racket et le blanchiment d’argent. Dotcom a lutté contre le gouvernement américain chaque centimètre carré.Les questions les plus importantes comprennent la validité des mandats de perquisition utilisés pour perquisitionner la résidence de Dotcom à Coatesville le 20 janvier 2012. Malgré un long voyage dans le système judiciaire, la Cour suprême a rejeté en 2014 les appels de Dotcom selon lesquels les mandats de perquisition n’étaient pas valides.

En 2015, le tribunal de district a par la suite statué que Dotcom et ses associés étaient admissibles à l’extradition. Un appel subséquent à la Haute Cour a échoué lorsque, en février 2017, et malgré la constatation que la communication au public d’œuvres protégées par le droit d’auteur ne constitue pas une infraction pénale en Nouvelle-Zélande, un juge a également statué en faveur.Bien sûr, Dotcom et ses associés ont immédiatement déposé des appels et aujourd’hui, devant la Cour d’appel de Wellington, leur audience a commencé.

L’avocat Grant Illingworth, représentant Van der Kolk et Ortmann, a déclaré à la Cour que l’affaire avait «dérapé» lors des 10 premières audiences d’extradition en 2015, arguant que l’affaire avait mérité un examen «sérieux» de la part d’un juge. qui n’a pas eu lieu.

“Tout a mal tourné. Cela s’est passé absolument, totalement faux “, a déclaré M. Illingworth. “Nous n’avons pas été entendus.”

Comme prévu, Illingworth a souligné la conviction qu’en vertu de la loi néo-zélandaise, une personne ne peut être extradée que pour une infraction susceptible d’être jugée par un tribunal pénal local. Les affaires de ses clients ne répondent pas à cette norme, a argumenté l’avocat.

Retournant les pendules de plus de six ans, Illingworth a de nouveau soulevé la question épineuse des mandats utilisés pour autoriser les raids sur les accusés de Megaupload.

À lire aussi :   Clearview : L’application de surveillance basée sur l’intelligence artificielle

Il avait déjà été établi que le service de renseignements GCSB néo-zélandais avait illégalement espionné Dotcom et ses associés en vue de leur arrestation. Toutefois, ce fait n’a pas été révélé au juge du tribunal de district qui a autorisé les perquisitions.

“Nous disons qu’il y avait une conduite trompeuse à ce stade parce qu’il n’y avait aucune référence au fait que les informations avaient été recueillies illégalement par le GCSB”, a-t-il dit.

Mais, selon le juge Forrest Miller, même si cet argument de la défense est valable, la Haute Cour avait déjà conclu qu’il y avait une preuve prima facie de répondre “avec cloches”.

«La difficulté à laquelle vous devez faire face en fin de compte est de savoir si le processus judiciaire qui a été suivi dans les deux cours d’instance inférieure était significatif, pour utiliser la norme canadienne», a déclaré le juge Miller.

“Vous allez devoir nous persuader que ce que le juge Gilbert [à la Haute Cour] a abouti, même en supposant que votre interprétation de la législation soit correcte, était erronée.”

Bien que les États-Unis cherchent à extrader Dotcom et ses associés pour 13 accusations, dont le racket, la violation du droit d’auteur, le blanchiment d’argent et la fraude électronique, la Cour d’appel a confirmé que l’extradition pouvait être accordée.

Les enjeux ne pourraient pas être beaucoup plus élevés. Le FBI dit que le “Megaupload Conspiracy” a permis au quartet de gagner 175 millions de dollars et qu’en cas d’extradition vers les Etats-Unis, ils pourraient faire face à des décennies de prison.

Alors que Dotcom n’était pas au tribunal aujourd’hui, il a été actif sur Twitter.

“Le processus judiciaire a dérapé” lorsque le seul juge expert en droit d’auteur en Nouvelle-Zélande a été retiré de mon affaire et remplacé par un juge non-technicien qui a demandé si Mega était “stockage des vaches”. Il a ensuite simplement copié / collé 85% des arguments américains dans son jugement », a écrit Dotcom.

Dotcom a également semblé remettre en question l’aptitude des juges tant à la Haute Cour qu’à la Cour d’appel pour la tâche en cours.

“Le juge Miller et le juge Gilbert (il a écrit ce jugement de la Haute Cour) étaient des partenaires commerciaux du cabinet d’avocats Chapman Tripp qui représente les studios d’Hollywood dans mon cas. Les deux juges sont maintenant à la Cour d’appel. Gilbert a été promu peu de temps après avoir statué contre moi “, a ajouté Dotcom.

Dotcom poursuit actuellement le gouvernement néo-zélandais pour des milliards de dollars de dommages-intérêts sur le mandat qui a déclenché son arrestation et la disparition de Megaupload.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.